Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /var/www/legtux.org/users/js1080/www/wp-content/themes/Divi/includes/builder/functions.php on line 4660
4. Le tourisme, une vraie priorité à Al Hoceima ? – Catherine Moureaux
Warning: A non-numeric value encountered in /var/www/legtux.org/users/js1080/www/wp-content/themes/Divi/functions.php on line 5841

Quelle place pour le tourisme aujourd’hui à Al Hoceima ?

Dans leur présentation de la situation actuelle de la région, les élus locaux n’ont pas insisté sur le tourisme. Mais lorsque nous sommes revenus sur les ressources principales de la région, c’est cependant une des trois ressources principales qu’ils nous ont évoquées. Il y a évidemment un paradoxe là derrière vu les qualités étonnantes du site (voir fiche sur la géographie de la région).

Dans Manarat Al Moutawassit, le grand plan de développement pour la région, il est également peu question de tourisme, hormis un projet énorme de prolongement de la corniche  (voir fiche sur le plan). Mais le nom du projet – « le phare de la Méditerranée »- ainsi que le catalogue des réalisations programmées –toutes magnifiques au regard et très ambitieuses- peut faire penser qu’il s’agit de faire de la ville une destination de tourisme d’une journée ou de tourisme de luxe. Sans que cela ne soit explicitement mentionné cependant.

Mais il y a tourisme et tourisme aujourd’hui à Al Hoceima. Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) qui reviennent sont-ils des touristes ? Ils ont une importance capitale dans l’économie de la région. Les autres, ce sont les Marocains d’ailleurs au Maroc et les Européens et Américains.

Ceux-là se comportent davantage comme les touristes que nous connaissons : location d’hôtel, repas pris à l’extérieur. Les MRE se comportant pour partie comme des locaux, c’est-à-dire en occupant leur bien sur place et en achetant les produits de base et en les cuisinant.

Le tourisme comme source d’emploi local

Le représentant de l’USFP, qui est l’ancien maire d’Ajdir, nous a raconté comment sur la thématique « emploi » un gouvernement antérieur avait d’après lui raté une occasion majeure. Ainsi il explique que par le passé il y avait à Ajdir un merveilleux Club Med. Trois cents familles du lieu en vivaient, sans compter les jeunes qui y travaillaient. Le Club était composé de cases, qu’il a fallu à un moment donné rénover. D’après lui le Ministère du Tourisme de l’époque a mis des bâtons dans les roues de l’opérateur au lieu de soutenir sa démarche. Le Club a fermé en 2002. Pour lui c’est ce type de projets qu’il faut développer pour garder les gens dans le Rif en développant l’emploi. Il regrette que depuis un banal hôtel ait été construit sur ces terres.

En fait les citoyens rencontrés font fort la différence entre les types de tourisme. Ils aiment leurs MRE. Et ils pensent que le tourisme doit amener de l’emploi. Par contre ils ont été plusieurs à nous exprimer d’une manière ou d’une autre qu’ils ne souhaitaient pas que leur ville devienne une destination du tourisme de masse.

Une chose nous a frappé lors de notre séjour. Même si nous n’avons pu interroger qu’un petit nombre de travailleurs de l’hôtellerie, l’unanimité de leurs réponses nous a étonnés : aucun n’avait grandi ou n’avait étudié à Al Hoceima. Ils avaient tous appris leur métier dans une des grandes villes environnantes… Nous avons cherché à savoir si une formation d’hôtellerie existait à Al Hoceima. Il semble que ce ne soit pas le cas. Ceci ne facilite évidemment pas du tout l’engagement de personnes du lieu dans ce secteur du tourisme. D’après nous, si l’ambition pour la ville est qu’elle soit d’un attrait majeur pour les touristes, il faut que les autorités se penchent sur cette question. Soit en développant une formation locale à ces métiers, soit en mettant en place de grandes facilités pour les jeunes qui voudraient choisir ce métier : aides pour aller étudier ailleurs et place garantie au retour.

La fréquentation cet été

Tous les touristes sont inquiets de la situation actuelle. Les MRE bien au courant par les réseaux sociaux des difficultés que connaît la région pourraient moins revenir cet été. Cela préoccupe beaucoup d’habitants.

Les Marocains d’ailleurs dans le Maroc et les Européens et Américains pourraient être moins influencés par les réseaux sociaux. Mais certaines agences de voyage pourraient déconseiller la destination cet été. Et de ce côté-là aussi la crainte est réelle qu’ils viennent moins cet été. Sur place, plusieurs opérateurs touristiques nous ont fait part de leur vécu par rapport aux répercussions du conflit politique sur leur travail cette saison. Un patron d’hôtel nous a priés de faire revenir les touristes. Il nous a expliqué que 90% de ses réservations avaient été annulées. Une femme dirigeant un club de plongée, elle, était plutôt rassurante : elle n’avait pas jusqu’ici l’impression que ses clients seraient moins nombreux que les années précédentes. En se rendant sur la corniche et sur Miramar, ceux de nos membres qui étaient déjà venus à Al Hoceima ont vu une claire baisse de fréquentation.

Des instructions royales ont été relayées le 10 juillet, alors que nous étions sur place, qui visaient à accélérer le retrait des forces de l’ordre pour sauver la saison estivale. Cependant nous n’avons pas pu percevoir le mouvement de retrait pendant notre séjour.

Si nous avons vécu une ville sûre pour les touristes, notre conclusion sur ce point de la fréquentation cet été est claire : seule la combinaison de deux éléments pourrait radicalement changer les décisions des touristes. Il faudrait d’une part que les manifestants s’engagent à continuer les manifestations de manière pacifique. Et d’autre part, et c’est déterminant, il faudrait que le retrait des forces de l’ordre soit effectif. Cette combinaison devrait, de plus, être largement publicitée par les médias pour être véritablement efficace.